Émilie et Olivier

Préfiguration: Un outil littéraire qu’utilise l’auteur afin de donner des indices, de manière plus ou moins nette, de quelque chose à venir, sans toutefois le dévoiler entièrement.

Dans l’histoire de chaque couple, il y a quelque chose de spécial, voire même comique, dans leur découverte du moment précis auquel leur histoire a réellement commencé. Un moment où deux parfaits étrangers sont au même endroit au même moment, sans même savoir à cet instant qu’ils uniront leurs vies un jour. Par exemple, un couple vous racontera peut-être qu’ils étaient à la même soirée des années plus tôt, mais qu’ils ne se sont même pas parlé. Pour d’autres, c’est peut-être qu’ils ont grandi dans le même secteur ou la même rue, et que leurs familles ne se sont jamais croisées. Ou qu’ils ont eu le même emploi, sans jamais interagir avec l’autre.

Pour Emilie et Olivier, ce moment fut avant même qu’ils ne respirent pour la première fois.

Le 17 juillet, 1992
Josée Vallée donna naissance à un beau petit garçon, 7 livres 2 onces, en pleine forme, qu’elle appela Olivier. Complètement hypnotisée par son nouveau-né, le monde autour d’elle disparut. Elle ne pensait pas au fait que la nouvelle chanson de Céline venait d’être lancée et jouait à tous les postes de radio. Elle se balançait bien que le parlement Slovaque venait de déclarer son indépendance de la Tchécoslovaquie. Mais surtout, elle n’était pas du tout consciente qu’un peu plus loin dans une autre chambre, une certaine Nancy Dion venait d’avoir une belle petite fille. Non, à ce moment, ce n’était qu’elle et son fils. « Quel genre d’homme sera-t-il? Quelle genre de femme volera son cœur un jour? » a-t-elle peut être pensé.
À l’hiver 2007 dans une aréna à Coaticook, QC, quelques jeunes de l’école secondaire La Frontalière jouaient au hockey. Emilie, ayant fait la route à partir d’East Angus, était là pour regarder la partie. Évidemment, son intérêt n’était pas précisément sur le sport lui-même, mais sur un des joueurs en particulier. Son nom n’était pas Olivier. Dans ce genre de contexte, c’est rare qu’on puisse passer du temps en privé avec une seule personne, surtout la personne qui nous intéresse, et donc Emilie s’est retrouvée à discuter avec quelques membres de l’équipe, dont l’un d’eux était bel et bien Olivier. Ils ont aimé discuter ensemble, et comme pour chaque adolescent de cette époque, la manière de rester en contact après la soiree était par MSN. (Si vous êtes nés après 1998 et ne comprenez pas ce terme, entrez « MSN Messenger » sur Google pour une explication). Des conversations au début banales se transformèrent rapidement en une amitié solide, et Olivier, bien qu’ayant seulement 15 ans, réalisa rapidement qu’il était amoureux.

Alors, le 1er Avril, après un tournoi de hockey à Cowansville, les ados se sont rencontrés pour manger. Dans le stationnement, alors qu’Emilie s’apprêtait à partir, Olivier l’arrêta pour lui déclarer son amour, et lui demander si elle aimerait sortir avec lui. Sa déclaration n’étant pas suivie d’un « Poisson d’Avril! », Emilie réalisa qu’il était sérieux.

Contrairement à beaucoup de couples formés au secondaire, la relation d’Emilie et Olivier n’était pas superficielle. Ils avaient énormément de choses en commun, une manière de penser très similaire, et être l’un avec l’autre était d’une facilité naturelle. Olivier admirait grandement la générosité d’Emilie. Pour sa part, elle trouvait amusant qu’il ne pouvait jamais rester tranquille; il devait toujours être occupé à quelque chose. À ce jour, passer du temps ensemble est facile, et ils s’amusent toujours à faire plusieurs sortes d’activités.

Plus d’une décennie plus tard, par une journée d’octobre comme les autres, ils étaient tous les deux ensemble à faire des courses. Ils s’arrêtèrent à la Caisse Populaire, et sur le chemin du retour, Olivier décida de passer par l’aréna, l’endroit-même où ils s’étaient rencontrés pour la première fois onze ans plus tôt. C’est à cet endroit que fut joué un enregistrement qu’il avait fait, sur lequel il décrivait toutes les choses qu’il aimait d’elle, et ce depuis leur première conversation et au cours du temps. Il lui demanda enfin si elle lui ferait l’honneur d’être sa femme.

C’est le 2 Septembre 2017, sous un ciel bleu sans nuages qu’ils se dirent « Je le veux » pour la vie, entourés de famille et amis.

Josée Vallée et Nancy Dion, bien qu’ayant donné naissance dans le même hôpital ,la même journée, ne s’étaient jamais rencontrées avant qu’Emilie et Olivier tombent en amour. Lorsque deux familles s’unissent par le mariage, peu importe ce qu’ils ont ou n’ont pas en commun, ils finissent par partager la journée la plus importante de la vie de leurs enfants respectifs. Mais Josée et Nancy ont un lien en commun que presque qu’aucune autre famille ne possède. Même si elles étaient de parfaites étrangères à l’époque, le 17 juillet 1992 elles ont accueilli de nouvelles vies dans ce monde, et sans même le savoir, une nouvelle histoire d’amour.



Vidéo: Anthony Frechette Visuels
Photographe: Julye Fortier

Réservez Maintenant

Avez-vous de questions à propos des prix ou de la disponibilité?

 Envoyez-nous un courriel
ou Visitez la page Contactez-Nous